Comprendre la crue des 4 et 5 mai

La crue des 4 et 5 mai 2013, a surpris beaucoup de monde et pourtant…

 

IMG_9454

la fontaine fermée à Lusigny sur Ouche, l’une des sources de l’Ouche

Depuis août 2012, les cumuls de précipitations ont régulièrement dépassés les normales mensuelles et saisonnières. Après un été 2012 très court, l’automne a été bien arrosé, l’hiver s’est éternisé entre giboulées de neige et périodes pluvieuses interminables. Au final, un bassin versant saturé, dans ses nappes, dans ses sources, dans ses sols…partout.

 

hydrogramme pany 4-05

hydrogramme de la station de Pont de Pany
(source DREAL Bourgngne)

Une première crue biennale s’est produite le 28 avril. Les pluies qui ont suivi ont maintenu un niveau supérieur à la normale. La coupe était pleine, les pluies des 2 et 3 mai ont fait le reste.

Aubaine_12

une crue de l’Aubaine, un ruisseau affluent de l’Ouche à écoulement temporaire, qui sort de son lit et envahie les rues. Nous sommes à la limite du bassin versant de l’Ouche !

Où que l’on se place sur le bassin versant, sources, rûs, fossés, ruisseaux, plans d’eau débordaient ou étaient à plein bord. Ainsi, le caractère exceptionnel est notamment dû à une situation hydrologique générale hors du commun qui a conduit à la généralisation des débordements. Une exception est à noter, le Suzon qui, fort heureusement, s’est contenu entre la crue biennale et la quinquennale.

 

 

 

Il peut être bon en ces circonstances de repréciser quelques notions de risques. Les occurrences de crues ont des dénominations qui figurent des valeurs statistiques : crue annuelle, quinquennale, décennale…centennale. Dans le langage populaire, cela est compris comme la crue qui se produit tous les ans, tous les 5 ans…tous les 100 ans.

 

La réalité statistique est cependant un peu différente et l’évaluation du risque se raisonne par année. Ainsi, il faut comprendre les occurrences de crues comme suit :

 

Dénomination (occurrence correspondante) => % de « chance » qu’elle se produise dans l’année

Annuelle           (1 an)       =>          100%

Biennale           (2 ans)      =>          50%

Quinquennale (5 ans)      =>           20%

Décennale       (10 ans)    =>           10%

Vicennale         (20 ans)    =>           5%

Trentennale     (30 ans)    =>          3%

Cinquantennale (50 ans)   =>          2%

Centennale       (100 ans)   =>        1%

 

Les valeurs maximums de débits sont en attente de validation, mais l’on s’accorde sur le fait que l’on est en présence d’un évènement rare voire très rare dont les causes ne sont imputables qu’à un contexte météorologique singulier qui dure depuis plusieurs mois et tout un chacun a constaté voire subit.

Coïncidence, cet évènement se produit alors que l’Etat instruit les plans de prévention des risques d’inondation sur 23 communes du bassin et que la Commission Locale de l’Eau (CLE) présente le projet de Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) du bassin de l’Ouche. N’est-ce pas le moment de se poser les bonnes questions ?

 

Enfin, il convient également de prendre les informations diffusées avec discernement. Nous citerons l’exemple du barrage réservoir de Pont-et-Massène qui n’a aucun lien avec le bassin versant de l’Ouche.

 

Afin de visualiser l’importance de la crue à l’échelle du bassin versant, vous pouvez consulter les photos par communes dans le menu « L’Ouche – Les crues de l’Ouche».

 

Si vous disposez de documents photos, relevés, repères de crues, n’hésitez pas à nous les communiquer ou nous contacter.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.