L’étiage se poursuit, les réserves s’étiolent.

En conclusion de l’article du 11 septembre dernier, la prudence était de mise.

Les dernières semaines ont démontré que la fin de l’été ne signifie pas systématiquement la fin de la sécheresse (ou du déficit en eau).

La faiblesse des précipitations de passage ne permet guère plus que l’humidification superficielle des sols ou la remise à niveau des réservoirs d’eau de pluie, pour ceux qui en ont. Au mieux, les passages pluvio-orageux font remonter (très) temporairement les débits…pour quelques heures.

A ce jour, les barrages réservoirs du canal de Bourgogne, qui contribuent au maintien des débits de l’Ouche, affichent un taux de remplissage moyen de moins de 24% avec un minima pour Panthier (10% au 30 octobre). Si la situation venait à perdurer, le soutien d’étiage du canal à l’Ouche se réduirait comme peau de chagrin.

Les prévisions météorologiques pour les jours à venir sont plutôt encourageantes, mais la fiabilité au-delà de 10 jours est faible. Soyons optimistes, la situation peut se rétablir rapidement. Ou pas.

ci-contre et ci-dessous, le réservoir de Panthier le 31 octobre 2017

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.