Point sur la situation d’étiage sur le bassin de l’Ouche

Le nouvel arrêté préfectoral limitant les usages de l’eau sur le département de la Côte d’Or est entré en vigueur le 5 août.

Il est consultable directement sur le site de la préfecture par ce lien : http://www.cote-dor.gouv.fr/la-secheresse-s-accentue-significativement-dans-le-a3113.html

Vous trouverez également un certain nombre d’informations sur la situation hydrologique du département ainsi que des documents de sensibilisation aux économies d’eau.

Accès à la carte de situation des bassins versant du département : http://www.cote-dor.gouv.fr/IMG/pdf/carte_avec_menessaire_pour_publication.pdf

 

Qu’en est-il pour le bassin de l’Ouche ?

Pour le suivi des étiages, le bassin est divisé en 2 unités hydrographiques.

  • L’Ouche amont : ce bassin va des sources de l’Ouche à Lusigny jusqu’à Plombières les Dijon et inclut la Vandenesse et le Suzon. Sa situation est déterminée par les débits observés à la station de Plombières, entre le bourg et l’entrée du lac Kir.
  • L’Ouche aval : du Lac Kir à la confluence avec la Saône. La situation hydrologique est déterminée par le débit observé à la station de Trouhans.

Les deux stations sont gérées par la DREAL.

 

L’Ouche sous influence

Notre bassin bénéficie d’un certain soutien d’étiage grâce au canal de Bourgogne et ses barrages réservoirs. Ainsi, en 2015 et 2017, alors que l’étiage était important le bassin de l’Ouche ne passait pas sous le seuil d’alerte (3 seuils : alerte, alerte renforcée et crise).

Cette année, le contexte s’avère moins avantageux, les barrages réservoirs n’ayant pu être remplis qu’à 70% avant l’arrivée de l’étiage qui a commencé tôt.

Pour évaluer la sensibilité de l’Ouche amont en dehors de l’influence du canal de Bourgogne, le SBO a mis en service une station hydrométrique à Oucherotte, hameau en aval de Bligny-sur-Ouche et en amont de la confluence avec la Vandenesse.

 

La situation au 5 août

L’Ouche amont se maintient au niveau « alerte » à la station de Plombières. A ce titre, ce sous bassin est soumis aux mesures générales de restriction des usages de l’eau :

  • irrigation agricole sous conditions,
  • renforcement du suivi des prélèvements industriels,
  • interdictions d’arrosage des pelouses, espaces verts et aires de loisirs,
  • interdictions de lavage des trottoirs, voitures (en dehors des stations de lavage), façades, allées…
  • interdiction de remplissage des piscines,
  • arrosage des potagers, massifs fleuris et terrains de sports autorisés de 19h à 10h.

L’Ouche aval est en situation de crise. A ce titre, ce sous bassin est soumis aux mesures particulières de restrictions des usages de l’eau (qui se cumulent aux mesures générales ci-dessus) :

  • tous les prélèvements pour irrigation ou usages industriels, en rivière ou dans le canal de Bourgogne sont interdits, sauf dérogations ;
  • seuls les greens des golfs peuvent être arrosés entre 20h et 8h (interdiction d’arrosage des terrains de sport et massifs fleuris).
  • remplissages ou vidanges de toutes les retenues d’eau sont interdites.
  • les prélèvements en rivières pour l’eau potable ou l’abreuvement du bétail restent autorisés.

Cas de l’Ouche à la station d’Oucherotte : hors influence du canal, le débit de l’Ouche est particulièrement faible. Cette année marque le mois de juillet le plus bas depuis l’entrée en service de la station (courbe jaune), avec des débits inférieurs à ceux de 2017.

Le débit est par ailleurs inférieur au débit minimum biologique définit à Lusigny sur Ouche, soit 5,5 km en amont.

 

Les eaux souterraines

Les piézomètres de Val Suzon, Messigny-et-Vantoux, Fleurey et Quemigny-Poisot suivent une tendance à la baisse et s’approchent de la limite statistique des basses eaux.

 

Les prévisions météo

La première quinzaine d’août devrait bénéficiée de quelques pluies, probablement insuffisantes, la quinzaine suivante devrait être à nouveau sèche. Mais ça peut changer…

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.